L’apprenant du mois : Grégory, le « data quadra »

shutterstock_254859976

Grégory Ramos est un passionné qui ne fait pas les choses à moitié. En deux ans, il a déjà suivi et terminé une douzaine de MOOC certificants, dont « gestion de projet » (parcours avancé) et « Le travail flexible ».

 

J’ai pour objectif de devenir un « data quadra » : le digital est plein d’opportunités et j’ai envie de les saisir. Pour me former, je suis régulièrement des MOOC et j’essaie d’appliquer tout ce que je découvre dans mon quotidien professionnel.
Grégory Ramos
Grégory Ramos

Grégory Ramos suit des MOOC pour compléter un parcours qu’il qualifie de « subtilement inédit. » En effet, à 42 ans, ce lyonnais a mené des projets culturels avant de se lancer à son compte comme détective privé. Son rôle : collecter des éléments de force probante dans le cadre de procédures judiciaires pour le compte de ses clients. Il a même eu l’idée pendant un temps de créer un lieu de vie, de rencontres et de partages autour des spécialités ibériques. Dernière expérience en date : « facilitateur de créativité » et consultant-formateur pour la création d’entreprise.

Il n’aime pas qu’on le qualifie de « serial MOOCeur » et pourtant, son profil Linkedin affiche pas moins d’une douzaine de certifications issues de différentes plateformes de MOOC. 

Son premier MOOC : en 2015

Le MOOC RH de l’Ecole française de comptabilité : le début d’une longue série. 

Sa devise : « chaque MOOC a une histoire »

J’ai toujours un objectif particulier quand je m’inscris sur un MOOC. Je connais d’avance l’usage que je vais pouvoir faire de ces nouvelles compétences.

  • Chacun d’entre eux s’inscrit donc dans un projet professionnel.

SON But : « Apprendre pour faire »

J’aime me dire que je suis acteur de ma propre vie, dans tous les secteurs et que je pourrai me former tout au long de ma vie. Quand je m’inscris à un MOOC, c’est toujours dans un but précis. Par exemple, j’ai suivi le MOOC « Le travail flexible » de Xavier Mazenod et Unow. La qualité des ressources, le cas fil rouge, la richesse des échanges entre les participants… j’ai été séduit par cette formation.

Mais si je la suis, c’est avant tout parce que j’ai des projets professionnels en lien avec le coworking, j’envisage par exemple de prendre en charge la gestion d’un espace de coworking. J’ai suivi le DigiMOOC également : mon ambition alors était de poursuivre ma transformation digitale personnelle.

  • Un MOOC, pour moi, doit toujours servir un projet.

Son conseil : « Bien identifier ses objectifs »

Je crois que pour tirer profit d’un MOOC il faut appliquer immédiatement les enseignements. Ainsi, quand j’ai suivi le MOOC Gestion de projet, j’ai tout de suite réutilisé les méthodes enseignées par Rémi Bachelet dans ma vie personnelle : pour partager mes tâches professionnelles de ma vie privée. A l’époque, j’étais consultant-formateur. J’avais déjà quelques réflexes d’organisation, mais le MOOC m’a donné un cadre plus structuré, à partir de ce moment-là, j’ai réalisé des sessions de brainstorming créatif, j’ai utilisé des outils collaboratifs etc. 

  • Je crois que pour suivre un MOOC dans des conditions optimales, il est important de bien définir ses objectifs. C’est le meilleur levier de motivation ! 

 

Pour en savoir plus, retrouvez son article sur le MOOC « L’entreprise agile ».

 

 

 

 

Classé dans : Actualités