Apprendre à apprendre : 4 conseils tirés des neurosciences

time to learn
Mais pourquoi est-ce que j’oublie tout ce que j’apprends en formation ? Pourquoi ai-je l’impression d’avoir compris mais m’aperçois que non au moment de mettre en pratique ? Apprendre, cela s’apprend. Mais surtout cela s’optimise : il existe des méthodes pour tirer profit au mieux de ses apprentissages. Comment retenir plus de choses dans le temps le plus limité possible et en faisant le moins d’efforts ? Cela vous intéresse ?

 

Pour apprendre, il faut parfois arrêter d’apprendre… 

sieste

Barbara Oakley, professeur d’ingénierie et auteur de « A mind for numbers, » a également conçu le MOOC Apprendre à apprendre, diffusé sur Coursera. Dans ce MOOC, elle y développe la théorie selon laquelle notre cerveau fonctionne alternativement selon deux modes très différents. Le mode « concentré » est celui que nous adoptons spontanément lorsque nous réalisons des activités intellectuelles. Il permet de réaliser rapidement des associations d’idées et des cheminements intellectuels habituels. Au contraire, le mode diffus est celui de l’inconscient, que nous adoptons dans des activités moins intellectuelles : lorsque nous faisons du sport ou même que nous dormons. Il permet à notre cerveau de sortir des sentiers battus et ainsi de forger des idées nouvelles ou d’apprendre des concepts nouveaux ou compliqués. Chacun de ces deux modes est utile pour l’apprentissage. Au premier, la concentration, la logique, au second la créativité et des idées nouvelles.

Et pour les MOOC ?

Inutile de rester fixé sur sa chaise. Si un concept ne rentre pas, si on n’arrive pas à retenir une idée complexe ou à en percevoir la logique, alors il vaut mieux aller faire du sport, s’assoupir quelques minutes ou même fermer les yeux un instant. Alterner les deux modes d’apprentissage est une clé du succès.

Vous allez tout oublier, sauf si…

forget

On vous le disait déjà à l’école : inutile de réviser la veille d’un examen, il vaut mieux travailler un petit peu tous les jours. Cela n’est pas simplement une question de discipline, mais plutôt de fonctionnement de notre mémoire. 

Hermann Ebbinghaus a théorisé dès la fin du XIXe siècle la « courbe de l’oubli. » Notre cerveau, pour éviter la surcharge, oublie les informations qu’il ne juge pas nécessaires. Il conclut que l’apprenant doit répéter ses apprentissages très régulièrement au départ (quelques jours d’intervalle seulement), avant de pouvoir espacer les répétitions, jusqu’à plusieurs mois ou années. Cette méthode permet une mémorisation quasiment infaillible, car la répétition favorise les connexions neuronales et les renforce. C’est une technique utilisée par Duolingo notamment, une application pour l’apprentissage des langues, qui fonctionne sous forme de cartes. Une fois la bonne réponse donnée, la carte est reproposée quelques fois à des intervalles réguliers puis de façon plus espacée.

 

Et pour les MOOC ?

Si vous n’y prenez pas garde, à la fin d’un MOOC vous en aurez oublié la très grande majorité. Alors, inutile de regarder l’intégralité des vidéos d’un seul coup, pour ne plus jamais y revenir. Au contraire, saupoudrez et surtout n’hésitez pas à re-visionner les vidéos. Quelques mois après le MOOC, une petite piqûre de rappel vous garantira de retenir toutes les informations utiles.

N’attendez pas qu’on vous donne la parole !

understand

« Ne participe pas en classe » « trop discret » … à l’école les enseignants ont bien compris que rester sagement assis en classe ne suffit pas pour bien apprendre. Pareil devant son écran ou assis dans une salle de formation. Les apprenants qui retiennent le mieux sont ceux qui s’engagent dans la formation, posent des questions, trouvent des exemples, suggèrent des idées nouvelles ou des applications possibles aux concepts enseignés. Des études ont été menées sur des rats, prouvant que ceux qui évoluent dans un environnement stimulant, interagissant avec d’autres, sont plus enclins à apprendre que ceux qui sont dans un environnement plus pauvre. Le simple fait de formuler une question vous permet de vérifier ce que vous avez compris ou non.

ET pour les MOOC ?

Les MOOC se distinguent de l’e-learning traditionnel par leur caractère social et pratique : des forums de conversation, activités… Pour tirer parti au maximum de l’expérience, profitez de toutes ces occasions d’être acteur de votre formation et de tester vos connaissances pour ne pas rester dans le virtuel. 

Mettre en pratique ses apprentissages

exercice

Se cantonner au stade théorique ne risque pas de favoriser la mémorisation et la compréhension des notions enseignées. Pour consolider les connexions neuronales, rien de tel qu’une mise en pratique immédiate. C’est pour cette raison que les MOOC de Unow proposent de très nombreuses activités pratiques permettant de tester ses connaissances et de se confronter à des situations proches de la réalité. Plongés dans un contexte très similaire à celui du travail, les apprenants mémoriseront mieux et seront mieux à même de reproduire les mêmes attitudes que dans la phase d’apprentissage. 

Et pour les mooc ?

Lorsqu’on suit un MOOC, les activités comptent autant, voire plus que les vidéos pédagogiques pour la mémorisation. Encore mieux : une formation professionnelle permet de faire gagner des compétences immédiatement applicables dans son travail. Alors il n’y a pas une minute à perdre : mettez en pratique. La correction par les pairs met aussi ce phénomène en lumière : en corrigeant le devoir d’un autre apprenant, je mets à l’épreuve mes connaissances.

Envie d’en savoir plus sur la pédagogie dans les MOOC ?

Téléchargez notre Livre blanc « Design de MOOC« 

 

 

Classé dans : Actualités