L’affinage du product backlog

L'affinage du product backlog dans un projet Scrum

L’affinage du product backlog apparaît comme une étape essentielle dans tout projet Scrum. Il va permettre d’ordonnancer finement les éléments du product backlog afin de rendre la planification de sprint la plus fluide et efficace possible.

Extrait de la vidéo de formation : Challenge Scrum Master

Dans cette vidéo, nous allons aborder une autre activité qui se situe au coeur du sprint. Il s’agit de l’affinage du product backlog. C’est une activité primordiale pour avoir un product backlog prêt et optimisé en terme de valeur.

Optimiser et préparer le product backlog

Dire qu’un product backlog est optimisé et prêt, cela signifie avoir la tête du product backlog préparée pour être engagée dans un sprint. Cela correspond généralement à l’équivalent de la vélocité moyenne plus 20%, c’est le minimum. Et idéalement, à l’équivalent de 2 vélocités, donc deux sprint de vélocité moyenne. Cela pour avoir suffisamment de matière pour pouvoir ajuster les éléments qui seront sélectionnés au moment de la planification.

Cela signifie donc des éléments découpés relativement finement avec de pré-requis disponibles. Alors, les pré-requis peuvent être différentes choses, comme par exemple :

  • une décision métier sur une règle de gestion
  • une décision juridique sur une fonctionnalité
  • un jeu de données dont on dépend
  • la création d’une nouvelle équipe de développement sur un logiciel

Et si tous ces pré-requis ne sont pas là, on ne pourra pas réaliser la fonctionnalité ou la user story dans le prochain sprint qu’on va planifier. Voilà ce qu’est simplement un product backlog prêt. Et le but de l’affinage est évidemment d’avoir toujours ce product backlog prêt et bien ordonnancé, pour pouvoir délivrer un maximum de valeurs possibles.

Une activité sous la responsabilité du product owner

L’affinage du product backlog : une activité sous la responsabilité du product owner

Tout ces travaux d’affinage se déroulent sous la responsabilité du product owner, qui peut être assisté par l’équipe de développement.

En général et quoi qu’il arrive, l’équipe de développement est contributrice sur les activités du product backlog. Et donc on estime que son effort moyen en terme de capacité à faire est égal à 10%. Clairement, c’est un temps qu’elle ne passera pas à développer de nouvelles users stories. Donc c’est vraiment un temps qu’elle doit avoir provisionné dans chacun de ses sprints et qu’elle ne pourra pas consacrer à d’autres tâches, celles du sprint backlog en particulier. Autrement dit, sur des activités de développement de l’incrément.

Quelles sont les activités qui se retrouvent dans l’affinage du product backlog ?

Voyons maintenant les différents types d’activités que l’on retrouve dans l’affinage du product backlog. Cela peut être :

  • ajouter des détails aux éléments du product backlog, les users stories en particulier. Ce sont donc des détails qui vont permettre de préparer de plus en plus la user story à l’implémentation
  • des ajouts d’estimation et notamment dans le cas d’une nouvelles idées qui arriveraient en cours de route
  • de l’ordonnancement d’éléments dans le product backlog pour optimiser la valeur créée à chaque sprint

Planifier l'affinage du product backlog

Conclusion

Donc voilà les différentes actions que l’on peut mener dans l’affinage du product backlog sous la responsabilité du product owner, généralement assisté par l’équipe de développement. Précisons que dans le cas où le product backlog ne serait pas prêt au moment de la planification de sprint, elle risque d’être très douloureuse et chaotique. C’est en tout cas ce que j’ai pu constater dans ce type de situation. Plus le product backlog est préparé, plus la planification de sprint sera fluide et efficace. L’équipe pourra alors se concentrer sur la définition de l’objectif ou sur le plan à établir, plutôt que d’essayer encore d’affiner ou de se livrer à des estimations manquantes. 

Mon conseil concernant l’affinage du product backlog, c’est d’entériner un créneau et de le programmer de façon récurrente, plutôt à un rythme hebdomadaire. Par exemple, vous pouvez bloquer chaque mercredi, une ou deux heures qui sont réservées à des activités d’affinage du product backlog. C’est un bon moyen de sanctuariser pour s’assurer que cela devienne une habitude, pour laquelle le temps a réellement été provisionné.

Envie de vous former au management et aux méthodes Agiles ?

Inscrivez-vous à notre prochaine session de formation : Challenge Scrum Master

 

A propos de l'auteur

  • intervenant-01

    Florent Lothon

    Florent Lothon est responsable du département digital DSI de Swiss Life. Il a plus de 14 ans d’expérience en startups et sociétés de services en ingénierie informatique, à des positions de développeur, manager, coach et formateur agile.

    Lire la présentation complète