Le coin des experts

“Le télé­tra­vail est un accord gagnant-gagnant”

Produc­ti­vité boos­tée, meilleur équi­libre vie profes­sion­nelle / vie privée : le télé­tra­vail conquiert régu­liè­re­ment du terrain.

Par Xavier De Maze­nod – Le 10 octobre 2016

Produc­ti­vité boos­tée, meilleur équi­libre vie-profes­sion­nelle / vie privée : le télé­tra­vail conquiert régu­liè­re­ment du terrain. 3 ques­tions à Xavier de Maze­nod, créa­teur du site d’in­for­ma­tion sur le travail flexible “Ze Village” et co-créa­teur du MOOC “Le travail flexible”.

Depuis 2012, Xavier de Maze­nod mène le Tour de France du télé­tra­vail avec ZeVil­lage, le site d’in­for­ma­tion sur le travail flexible qu’il a co-fondé. Il est égale­ment co-éditeur avec Unow du MOOC « Le travail flexible, » qui démarre le 24 octobre.

Photographie de Wilfrid Estève. wilfridesteve@gmail.com / 0680039989 Avril 2011_Reportage sur Xavier de Mazenot. 

©Wilfrid Estève / Xavier de Maze­nod.

64% des sala­riés se disent favo­rables au travail : comment l’ex­pliquez-vous ?

Je crois que ce phéno­mène est lié aux nouvelles aspi­ra­tions des jeunes récem­ment entrés sur le marché du travail : les colla­bo­ra­teurs issus des géné­ra­tions dites Y et Z, sont plus radi­caux dans leurs envies. C’est en partie lié au fait que le monde du travail est plus dur envers eux qu’en­vers les géné­ra­tions précé­dentes. Ils veulent une meilleure qualité de vie, un équi­libre plus harmo­nieux entre vie privée et travail, faire entrer des acti­vi­tés « privées » dans leur jour­née, ils en font même un critère de choix dans leur recherche d’em­ploi.

Enfin, les jeunes ne veulent plus inté­grer des orga­ni­sa­tions à la hiérar­chie trop rigide : ils ont besoin de se sentir respon­sables et auto­nomes dans leur travail. Ces aspi­ra­tions géné­ra­tion­nelles se conjuguent avec les possi­bi­li­tés tech­niques qui rendent le travail à distance très facile à mettre en place. 




Qu’est-ce que les entre­prises ont à gagner à instau­rer le télé­tra­vail ? 

Je cite souvent cet exemple : celui de la Sécu­rité sociale belge. Il y a quelques années, aucun candi­dat ne voulait venir travailler chez eux. Ils avaient un gros problème de recru­te­ment et l’ad­mi­nis­tra­tion était mori­bonde. Ils ont alors décidé de trans­for­mer l’or­ga­ni­sa­tion et d’au­to­ri­ser les sala­riés à travailler à distance 3 jours par semaine. Les bureaux ont été entiè­re­ment réagen­cés pour s’adap­ter et garan­tir la conti­nuité du travail, quel que soit le lieu.

► Bilan : 3 ans plus tard, la sécu­rité sociale belge faisait partie des 3 entre­prises les plus attrac­tives de Belgique.

Produc­ti­vité, baisse de l’ab­sen­téisme et de la fatigue, baisse des coûts liés au trans­port : le télé­tra­vail est un accord gagnant-gagnant. Sans comp­ter qu’à plus grande échelle, il réduit les problèmes de trans­ports et de pollu­tion en ville et favo­rise un meilleur aména­ge­ment du terri­toire. Les sala­riés doivent avoir le courage de le deman­der et les respon­sables des ressources humaines doivent comprendre que c’est aussi dans leur inté­rêt.




On voit désor­mais se déve­lop­per des tiers-lieux, des espaces de cowor­king : fina­le­ment, les travailleurs ont besoin de retrou­ver un lieu de travail ? 


Ce phéno­mène est aussi lié au déve­lop­pe­ment du modèle free­lance, mais il commence à se déve­lop­per chez les télé­tra­vailleurs. A l’heure actuelle, 80 à 90% d’entre eux exercent leur acti­vité à distance depuis chez eux, car dans la majo­rité des cas, ils n’ont qu’un à deux jours par semaine de télé­tra­vail. Dès que le nombre de jours télé­tra­vaillés augmen­tera, les tiers-lieux et espaces de cowor­king se déve­lop­pe­ront eux aussi de plus en plus.

un espace de coworking

Il y a, je crois, une aspi­ra­tion géné­ra­tion­nelle à recréer un collec­tif de travail choisi. Ces nouveaux lieux permettent d’ac­qué­rir de nouvelles compé­tences et de déve­lop­per son réseau autre­ment que par le travail dans un bureau plus conven­tion­nel. 

Forma­tion Travail Flexible

Envie de former vos équipes ? Décou­vrez le programme de notre session de forma­tion

En savoir plus

Envie d’en voir un peu plus ?

Restez infor­mé·e grâce à notre news­let­ter