Le coin des experts

L’im­pact des FinTechs sur le secteur bancaire

Quels sont les impacts des FinTechs sur le secteur bancaire ? Passage en revue des dernières inno­va­tions et de ces nouveaux acteurs…

Par Jean-Michel Pail­hon – Le 28 juin 2017

Avec le déve­lop­pe­ment du digi­tal, de nouveaux venus sont en train d’in­ves­tir tous les métiers de la banque, du finan­ce­ment au paie­ment en passant par l’in­ves­tis­se­ment. Voyons qui sont ces acteurs et quels sont les impacts des Fintechs sur le secteur bancaire.

Extrait de la vidéo de forma­tion : MOOC Le digi­tal et la banque

En 2021, près de 3 milliards de personnes utili­se­ront leurs mobiles, tablettes, ordi­na­teurs ou montres connec­tées pour accé­der à leurs services bancaires, selon une étude récente. Cela repré­sente une hausse de plus de 50% en l’es­pace de 5 ans ! Nous allons voir que de nombreux nouveaux entrants en profitent et comment la banque se prépare à l’ar­ri­vée de ces nouveaux concur­rents sur trois métiers prin­ci­paux : paie­ment, inves­tis­se­ment et finan­ce­ment.

L’im­pact des FinTechs sur le paie­ment

Grâce à la géné­ra­li­sa­tion des tech­no­lo­gies mobiles et au déve­lop­pe­ment du “cloud compu­ting” (l’ex­ploi­ta­tion de la puis­sance de calcul ou de stockage de serveurs sur le réseau inter­net), entre autres, il est désor­mais possible d’ef­fec­tuer des paie­ments par d’autres systèmes que ceux d’une banque. Et cela ne date pas d’hier : PayPal a été créée en 1998 ! 

Le secteur du paie­ment est proba­ble­ment celui qui a été “attaqué” le plus forte­ment, et qui échappe désor­mais le plus aux banques : aujour­d’hui il est possible d’ef­fec­tuer tous les paie­ments de la vie quoti­dienne sans passer par sa banque.

Parmi les plus belles réus­sites dans le domaine des nouvelles solu­tions de paie­ment en France, on peut parler de la cagnotte en ligne Leet­chi par exemple qui reven­dique aujour­d’hui plus de 7 millions d’uti­li­sa­teurs dans 150 pays.

Paypal et la révolution FinTech des banques

L’in­ves­tis­se­ment et l’épargne des parti­cu­liers

Gérer son argent est un des sujets les plus impor­tants pour les français, même s’ils sont malheu­reu­se­ment peu ou mal infor­més au moment d’in­ves­tir leur argent. Heureu­se­ment, il y a main­te­nant les robo-advi­sors ! 

Le “robo-advi­sor”, ou « robot-conseiller » en français, est un conseiller en gestion de patri­moine auto­ma­tisé qui assure la gestion de porte­feuilles sur Inter­net, avec une faible inter­ven­tion humaine, voire pas du tout !

Basé sur des algo­rithmes et sur l’étude de nombreuses données, le robot propose des conseils sur les achats et ventes à réali­ser sur diffé­rentes classes d’ac­tifs (actions, obli­ga­tions, moné­taire). Il peut même déci­der de vali­der les opéra­tions si le client l’au­to­rise à le faire.

Les robo-advi­sors s’adressent à tous types d’in­ves­tis­seurs, y compris aux inves­tis­seurs les plus modestes.

En effet, cette tech­no­lo­gie permet d’abais­ser le coût de la gestion de patri­moine. La fintech est donc “inclu­sive” : elle donne accès à des outils jusqu’à présent réser­vés à une mino­rité !

Robo advisor : le digital et la banque

Fintech et finan­ce­ment des entre­prises

Nous allons main­te­nant parler de finan­ce­ment des entre­prises, et surtout des Petites et Moyennes Entre­prises (les fameuses “PME”) qui sont si impor­tantes pour l’éco­no­mie Française. 

Certaines PME ne trouvent pas toujours de finan­ce­ment auprès de leurs banques histo­riques. Elles se tournent donc parfois vers le finan­ce­ment parti­ci­pa­tif en prêt (le « crowd­len­ding »).

Le concept du finan­ce­ment parti­ci­pa­tif repose sur une mise en rela­tion directe, via une plate­forme sur Inter­net, de porteurs de projets en quête d’ar­gent avec des parti­cu­liers dési­reux de prêter ou d’in­ves­tir une partie de leurs écono­mies.

Et même si le crowd­fun­ding ne pèse pas encore très lourd en valeur abso­lue, sa progres­sion est en revanche impres­sion­nante. 

Certains orga­nismes prévoient que des plate­formes de prêts comme Lendix permet­tront de finan­cer les entre­prises à hauteur de plus qu’un milliard d’eu­ros au début des années 2020.

Pour conclure

Pour l’ins­tant, l’im­pact des Fintechs sur le secteur bancaire semble être margi­nal.

Cepen­dant, la montée en puis­sance des jeunes pousses de la finance digi­tale ne doit pas être prise à la légère ! 

Pour S&P, « La menace concur­ren­tielle des fintech » est « loin d’être un mythe », elle « n’est pas encore désta­bi­li­sante pour la solva­bi­lité des banques mais leur impor­tance gran­dira au cours de la prochaine décen­nie ».

 Il est encore temps de réagir et de se prépa­rer à la révo­lu­tion fintech pour la banque !

Inscri­vez-vous à la prochaine session du MOOC Le digi­tal et la banque

Le digi­tal et la banque

Tout ce que vos colla­bo­ra­teurs du secteur bancaire ont besoin de savoir pour faire leur trans­for­ma­tion digi­tale

En savoir plus

Envie d’en voir un peu plus ?

  • Le coin des experts

    Gestion de projet : recueillir le besoin

    Pour recueillir le besoin dans le cadre d’un projet, il est néces­saire de rédi­ger un cahier des charges fonc­tion­nel. Mais cela n’est pas si simple…

  • Le coin des experts

    Savez-vous ce qu’est le web 2.0 ?

    Initié à la fin des années 1990, le web 2.0 est une véri­table révo­lu­tion qui a permis de créer un inter­net social où chacun est libre de s’ex­pri­mer.

  • Le coin des experts

    Opti­mi­sa­tion des budgets forma­tion : Ratio­na­li­ser les forma­tions intra et inter

    Comment ratio­na­li­ser les forma­tions intra et inter propo­sées par des orga­nismes de forma­tion et des pres­ta­taires externes ? Réponses dans cet article.

Restez infor­mé·e grâce à notre news­let­ter