Le coin des experts

Intro­duc­tion aux spéci­fi­ca­tions agiles

Pour intro­duire le sujet des spéci­fi­ca­tions agiles, nous allons abor­der aujour­d’hui un concept nommé la bande passante de commu­ni­ca­tion.

Par Florent Lothon – Le 5 décembre 2016

Pour intro­duire le sujet des spéci­fi­ca­tions agiles, nous allons abor­der aujour­d’hui un concept nommé la bande passante de commu­ni­ca­tion. Nous verrons ensuite les prin­ci­pales diffé­rences entre la vali­da­tion des spéci­fi­ca­tions dans un projet tradi­tion­nel et dans le cadre d’un projet Agile.


Extrait de la vidéo de forma­tion : Chal­lenge Scrum Master

Dans cette vidéo, nous allons abor­der ensemble le sujet des spéci­fi­ca­tions agiles. Mais juste avant de rentrer dans le vif du sujet, je voudrais parta­ger avec vous un graphique qui nous indique diffé­rents moyens de commu­ni­ca­tion. Et entre ces diffé­rents moyens de commu­ni­ca­tion, diffé­rents niveaux d’ef­fi­ca­cité et de richesse. C’est ce que l’on appelle la bande passante de commu­ni­ca­tion.

La bande passante de communication

La bande passante de commu­ni­ca­tion

La bande passante de commu­ni­ca­tion peut être repré­sen­tée par un graphique où l’on trouve :

  • en ordon­née l’effi­ca­cité de la commu­ni­ca­tion, autre­ment dit la capa­cité à se comprendre en fonc­tion du mode de commu­ni­ca­tion que l’on utilise
  • et la richesse du canal de commu­ni­ca­tion, ou la quan­tité d’élé­ments que l’on peut trans­mettre à travers ce canal de commu­ni­ca­tion et leur diver­sité

Les modes de commu­ni­ca­tion dits asyn­chrones

Alors quand on part de zéro, le moyen de commu­ni­ca­tion le moins effi­cace et le moins riche est le papier (commu­ni­ca­tion par lettre, cour­rier, spéci­fi­ca­tions).

Ensuite, on va monter un peu dans ce graphique avec le message audio qui nous donne la possi­bi­lité d’en­re­gis­trer une infor­ma­tion et de la trans­mettre.

On trouve au-dessus la commu­ni­ca­tion entre deux personnes par email. Là aussi on est sur un mode assez dégradé en terme d’ef­fi­ca­cité.

Il y a aussi l’en­re­gis­tre­ment vidéo qui trans­met plus que la voix, c’est donc plus riche. Mais on est encore rela­ti­ve­ment limité en terme d’ef­fi­ca­cité et de richesse.

Alors pourquoi les moyens de commu­ni­ca­tion que nous venons d’évoquer sont limi­tés ? Et bien simple­ment parce-que ce sont des moyens qui ne permettent pas de poser des ques­tions ou de donner des réponses en direct. On est ici sur un mode de commu­ni­ca­tion tota­le­ment asyn­chrone.

Les modes de commu­ni­ca­tion les plus effi­caces

Pour progres­ser dans l’ef­fi­ca­cité et la richesse, on dispose de :

  • la commu­ni­ca­tion par télé­phone
  • la commu­ni­ca­tion en face à face voire même devant un tableau blanc qui permet­tra, en plus de la commu­ni­ca­tion directe et non verbale, de forma­li­ser, symbo­li­ser et modé­li­ser le message que l’on veut faire passer

Rete­nez juste que parfois un dessin vaut beau­coup plus qu’un long discours !

Voilà les éléments qu’il vous faut rete­nir si vous souhai­tez comprendre ce que sont les spéci­fi­ca­tions dans un projet Agile. Gardez égale­ment à l’es­prit que dans la méthode Agile, la docu­men­ta­tion n’est pas un moyen de commu­ni­ca­tion à elle-seule. Elle doit toujours servir de support ou être le résul­tat d’une discus­sion en face à face. Et c’est dans cet esprit là que l’on va essayer d’uti­li­ser la docu­men­ta­tion. Cela n’in­ter­dit pas de tracer des choses, d’écrire des choses, de faire de la docu­men­ta­tion. Mais elle sera toujours le fruit d’un échange le plus direct possible, que l’on aura en face à face ou devant un tableau blanc.

Communication en face à face

Les spéci­fi­ca­tions dans un projet tradi­tion­nel

Par consé­quent, la vali­da­tion dans un projet Agile ne porte pas sur les spéci­fi­ca­tions comme on le ferait dans un projet tradi­tion­nel. Dans ce cas, à l’is­sue de la phase de concep­tion on fait vali­der de façon rigou­reuse les spéci­fi­ca­tions. Donc cette vali­da­tion porte un enjeu contrac­tuel.

Ainsi, si par la suite le logi­ciel ne répond pas exac­te­ment à ce qui était indiqué dans la spéci­fi­ca­tion, on peut être en posi­tion de force en tant que client, pour négo­cier une correc­tion ou une amélio­ra­tion du logi­ciel.

Inver­se­ment, lorsque l’on est four­nis­seur et que l’on nous demande une modi­fi­ca­tion non contrac­tua­li­sée au moment de la livrai­son ou de la recette, les spéci­fi­ca­tions protègent et permettent légi­ti­me­ment de deman­der un avenant au contrat et donc un budget complé­men­taire.

Communication et spécifications agiles

Les spéci­fi­ca­tions dans un projet Agile

Dans un projet Agile, on n’est pas du tout dans ce registre là. L’enjeu de vali­da­tion porte plutôt sur les fonc­tion­na­li­tés concrètes et utili­sables. Ce sont celles qui sortent du sprint dans un projet Scrum, et qui corres­pondent à un incré­ment.

Voilà ce que l’on pouvait dire avant de rentrer dans le détail des spéci­fi­ca­tions Agiles, où je vous appor­te­rai des exemples de la manière dont on va rédi­ger ces spéci­fi­ca­tions dans un projet Agiles.

Forma­tion Gestion de Projet Agile & Scrum

Envie de former vos équipes ? Décou­vrez le programme de notre session de forma­tion

En savoir plus

Envie d’en voir un peu plus ?

Restez infor­mé·e grâce à notre news­let­ter