Digi­tal lear­ning et forma­tion

Fin de forma­tion : nos conseils pour entre­te­nir vos compé­tences

Vous venez de termi­ner votre forma­tion en digi­tal lear­ning. Suivez nos recom­man­da­tions pour entre­te­nir vos compé­tences et conso­li­der vos acquis.

Par Sylvain Vaca­resse – Le 17 avril 2018

Apprendre dans le cadre d’une forma­tion est toujours un moment fort. Il y a une dyna­mique person­nelle qui consiste à s’in­ves­tir dans la forma­tion, mais aussi une dyna­mique de groupe favo­rable : plusieurs personnes réunies au même moment dans le but de déve­lop­per des compé­tences autour d’une théma­tique commune. Tout cela entre­tient la moti­va­tion. Une fois la forma­tion termi­née, cette tension posi­tive retombe. Or on sait que les compé­tences réelles se déve­loppent souvent après la forma­tion. Comment main­te­nir cette dyna­mique d’ap­pren­tis­sage et entre­te­nir vos compé­tences dans le temps ? C’est ce que nous allons voir ensemble.

                    

Comment entre­te­nir ses compé­tences en fin de forma­tion ?

Lorsque la forma­tion s’ar­rête, cela signi­fie concrè­te­ment que le groupe consti­tué par l’or­ga­ni­sa­teur de la forma­tion ne sera plus animé. Il va s’éteindre. Parfois cela se traduit même par la fin de l’ac­cès à la plate-forme ou aux outils de commu­ni­ca­tion utili­sés lors de la forma­tion. La suite repose donc sur vous et sur vos pairs. Il faut que vous preniez le relais pour orga­ni­ser un espace d’échange et de partage diffé­rent, car il ne s’agit plus d’ac­qué­rir des savoirs mais de déve­lop­per sur le terrain le déve­lop­pe­ment de compé­tences et de les main­te­nir dans le temps.

Bien, sûr il faut que vous ayez anti­cipé cela. Il faut profi­ter de la forma­tion pour mettre en place l’après en fonc­tion des aspi­ra­tions de chacun.

Vous trou­ve­rez parfois des struc­tures de commu­ni­ca­tion exis­tantes si la forma­tion existe depuis un moment, comme une commu­nauté d’an­ciens, des groupes de discus­sions, ou des évène­ments orga­ni­sés pour favo­ri­ser les échanges. 

Ne négli­gez pas le rôle des commu­nau­tés dans l’en­tre­tien des compé­tences

On apprend seul, mais jamais sans les autres. C’est vrai au moment de l’ac­qui­si­tion des savoirs, mais cela reste vrai tout le temps. Aussi,  s’or­ga­ni­ser en commu­nauté pour main­te­nir le lien et conti­nuer d’échan­ger sur la mise en oeuvre des compé­tences est très effi­cace. Pour qu’une commu­nauté fonc­tionne, il faut qu’elle soit struc­tu­rée autour des attentes concrètes des membres et qu’elle soit animée. Comme dans tous les groupes humains de ce type, la propor­tion de membres actifs est faible. Cela peut remettre en cause l’exis­tence de la commu­nauté. Toute­fois, vous ne devez pas oublier que dans les commu­nau­tés d’ap­pren­tis­sage, le béné­fice acquis est souvent propor­tion­nel au niveau de parti­ci­pa­tion. Vous avez donc tout inté­rêt à être un contri­bu­teur actif.

La commu­nauté doit faire vivre des discus­sions asyn­chrones autour des sujets impor­tants, des témoi­gnages, etc… Pour cela vous pouvez par exemple créer un groupe de discus­sion sur Linke­din. Mais une bonne dyna­mique repose aussi souvent sur des événe­ments synchrones à distance ou en présen­tiel. Tous ses leviers vous permet­tront d’entre­te­nir vos compé­tences dans le temps.

Orga­ni­sez votre veille pour main­te­nir vos compé­tences

Main­te­nir ses compé­tences, c’est orga­ni­ser sa veille. C’est primor­dial au regard des évolu­tions rapide des tech­no­lo­gies, des orga­ni­sa­tions, des régle­men­ta­tions, etc… Il existe des outils indi­vi­duels pour cela comme les agré­ga­teurs de liens, l’abon­ne­ment à des fils Twit­ter, à de blogs et autres lettres d’in­for­ma­tion en ligne… Cela prend quand même beau­coup de temps de lire, de sélec­tion­ner et de clas­ser. Là aussi, une approche collec­tive du problème rend de grands services. Il est possible d’uti­li­ser les outils de cura­tion collec­tive. Il s’agit de parta­ger dans la commu­nauté d’ap­pre­nants des ressources perti­nentes. Ces outils auto­risent les commen­taires qui permettent d’ajou­ter des infor­ma­tions, et parfois des notes pour évaluer la perti­nence de la ressource. Faire sa veille seul(e) est devenu aujour­d’hui quasi impos­sible, il faut mutua­li­ser.

Ce qu’il faut rete­nir

Déve­lop­per et main­te­nir ses compé­tences est au moins aussi impor­tant que de bien se former. Mais l’or­ga­ni­sa­tion de ce travail repose sur chaque appre­nant. La voie collec­tive pour effec­tuer cette tâche est de loin la plus effi­cace. Soyez un contri­bu­teur actif des commu­nau­tés durant et après la forma­tion pour boos­ter vos compé­tences actuelles et celles de demain.


Envie d’en savoir plus sur la forma­tion à l’ère du digi­tal ?

Inscri­vez-vous au prochain MOOC Apprendre à apprendre à l’ère du digi­tal

En savoir plus

Envie d’en voir un peu plus ?

Restez infor­mé·e grâce à notre news­let­ter